• Liste de diffusion

Actualités

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

Actualités

Archives du mois de 12 2017

Hommage aux morts de la frontière.

29 décembre 2017 -

Salam, avec l’Auberge des Migrants et le Secours Catholique, appelle à un hommage au mort ce vendredi matin, demain samedi 18h30 devant le Parc Richelieu à Calais.

Il s’agit d’un Afghan écrasé par des bobines de papier dans la remorque d’un camion qui s’est couché accidentellement sur l’autoroute A 26.

26 décembre : communiqué de Jean-Claude Lenoir, président de l’association Salam Nord/Pas-de-Calais.

26 décembre 2017 -

Quelle honte !

Qui pourrait croire notre République aussi malade

ce 24 décembre une voiture de police coursait, à vive allure, sur une voie sans issue, un Migrant

nous étions cinq témoins !

Est ce le fait de nous avoir aperçus ? La voiture a freiné brutalement puis fait demi tour …..

ce mardi 26 décembre, ce sont plusieurs véhicules de CRS qui sont intervenus sur Marck

démolir, démolir les fragiles abris de nos amis Migrants

embarquer un maximum d’effets

notre intervention permettra enfin à nos amis, un par un, de récupérer quelques effets dont un, un seul duvet par personne

agressivité de la part des forces de l’ordre , irrespect , raillerie, provocation …........ du tristement banal en fait ...

et comme si il y avait une part de justice , un véhicule de police s’est ensablé !

alors « alerte générale » …....... un monstrueux véhicule de dépannage arrive une heure après

après trente minutes de manœuvres aussi stupides que mal gérées (chacun sait qu’il suffit de soulager le poids avant pour libérer un véhicule ainsi piégé), le véhicule est reparti

tant de policiers, de véhicules , de moyens disproportionnés pour harceler 20 à 30 Migrants n’ayant comme seul objectif que de trouver un minimum de répit en cette période dite de Noël où le froid règne sur le Calaisis

et si nos impôts servaient enfin un jour à aider les plus démunis, les plus précaires

et si un jour nos élus retrouvaient le sens des valeurs

et si un jour nos élus relisaient notre Constitution

et si un jour nos élus relisaient les Droits de l’Homme

et si un jour nos élus cessaient de ne pas respecter notre République

triste période de Nöel !

Jean-Claude Lenoir

25 décembre à Calais : un air de Noël à la distribution de Salam.

25 décembre 2017 -

Distribution en ce 25 décembre :

Les bénévoles avaient préparé 400 sachets pour tenter d’améliorer le petit déjeuner.

Les files étaient toujours aussi longues aux quatre lieux de distribution.

Un gymnase de collège réquisitionné à Dunkerque pour la mise à l’abri de mineurs isolés.

24 décembre 2017 -

Le département du Nord, qui affirme que son dispositif d’accueil des mineurs étrangers non-accompagnés est "saturé", va ouvrir 50 places temporaires d’hébergement pour les jeunes réfugiés pendant la période hivernale, a affirmé le département dans un communiqué.

"Le département du Nord est confronté à une arrivée particulièrement importante de mineurs non-accompagnés (MNA). Plus de 1.131 jeunes se sont présentés" ainsi dans le département depuis le début de l’année 2017, "en provenance majoritairement de la Guinée et du Mali", a indiqué le département vendredi.

Le Nord est le "premier département de France à héberger des mineurs non-accompagnés", et il a connu plus de 30% d’augmentation du nombre d’arrivées de MNA entre 2016 et 2017, a-t-il ajouté.

Le département affirme qu’il se doit "d’héberger plus de 690 jeunes" selon la répartition nationale organisée par l’État.

Pour faire face à cette situation, il a donc mis en place au début de l’année 2017, "un dispositif d’évaluation de mise à l’abri et d’hébergement spécifique conduisant à créer 350 places". Puis "50 places supplémentaires ont été créées, portant la capacité totale d’accueil à 400 places, pour un coût de 10 millions d’euros par an".

Mais, selon l’institution locale, "l’ensemble du dispositif départemental d’accueil de la protection de l’enfance est aujourd’hui totalement saturé", ne "permettant pas d’héberger l’ensemble de ces jeunes".

Alors "dans l’attente d’une réaction" de l’État, des dispositions ont été prises pour "accroître immédiatement la capacité d’hébergement de façon provisoire sur la période hivernale" et 50 mineurs non accompagnés vont ainsi être accueillis dans les prochains jours dans une salle de sport d’un collège de Dunkerque.

Jean-Claude Lenoir, président de Salam Nord-Pas-de-Calais

Il s’agit de la salle de sport du collège Van Hecke. Cette salle appartient au département et a l’avantage d’avoir un accès absolument indépendant du collège.

N’oublions pas, quels que soient les inconvénients de cette situation temporaire pour nos adolescents, que c’est justement d’adolescents qu’il s’agit, du même âge que les nôtres et qui ne doivent être laissés à la rue.

ENCORE UN MORT DE LA FRONTIERE A CALAIS.

23 décembre 2017 -

Le jeune Afghan, fauché sur la rocade dans la nuit de jeudi à vendredi par un automobiliste qui a pris la fuite, avait quinze ans…

La communauté afghane se montre très affectée par cette disparition. Salam s’associe à leur peine.

Leur chagrin vient s’ajouter aux difficultés de survie : des amis de la région parisienne leur avaient hier matin donné trois tentes. Elles ont été enlevées le jour même par la police, elles n’ont même pas pu servir une nuit !

Les newsletter d’octobre et de novembre sont parues.

17 décembre 2017 -
PDF - 890.1 ko
PDF - 946.8 ko

Le point sur l’opération "Touche pas à mon sac".

17 décembre 2017 -

Nous étions restés sur un projet de distribution, à Grande-Synthe, de duvets marqués au nom de citoyens ou aux noms d’association, le 22 décembre.

L’ouverture de l’Espace jeunes du Moulin aux migrants change la donne :
Il vaut sans doute mieux conserver les duvets, en nombre, pour la fin du mois de mars quand nos amis retrouveront l’inconfort de l’extérieur et le risque de voir leurs affaires à nouveau confisquées par les CRS...

L’opération ne serait pas abandonnée mais différée.

Bien sûr nous gardons les deux yeux ouverts et au cas où l’Espace Jeunes fermerait prématurément ou bien au cas où le nombre d’exilés, présents par exemple au Puythouck, provoquerait à nouveau des nettoyages par la police, rien ne nous empêche de remettre très vite cette opération en place.

Plan "Grand froid" ressenti ?

17 décembre 2017 -

Bien sûr c’est une urgence…
Pas pour tout lemonde…

Dimanche 10 décembre : jour de neige et de tempête (un ferry s’est trouvé échoué dans le port de Calais pourtant relativement protégé).

A Calais, depuis un certain temps, un hangar était aménagé pour les hommes, avec 200 places.
Et des containers avaient été apportés pour les femmes et les personnes vulnérables.
Mais dimanche, rien n’a été ouvert !

A Grande-Synthe, le même jour, nous étions toujours devant le mur de la position du sous-préfet : pas besoin de plan « Grand froid » : suffisamment de places de mise à l’abri ont été offertes ! Si quelqu’un est encore dehors, c’est qu’il le veut bien.

Lundi le même temps froid et mouillé, avec neige, s’est maintenu.

A Calais le « Plan Grand Froid » a été déclenché enfin ce jour-là pour deux nuits, puis le mercredi prolongé de deux nuits jusqu’au vendredi matin, puis le jeudi jusqu’au lundi matin (une semaine au total pour le moment, arrachée deux jours par deux jours.…).

A Grande-Synthe, la mairie a enfin réagi lundi soir : elle a mis à l’hôtel neuf personnes (une famille et trois mineurs) et ouvert un hangar certes sale, sans eau et sans électricité… mais sec et avec un toit ! Le luxe par rapport à une nuit dans la neige… !
Mardi matin, le maire, Damien Carême annonçait aux associations son intention d’ouvrir un accueil pour toute la période hivernale (jusqu’au 31 mars) au gymnase de l’Espace Jeunes du Moulin.

L’idée est que ce soit un SAS avant mise à l’abri…
Nous avons tous accepté le contrat : ne plus donner à manger au Puythouck, concentrer toute notre action sur l’Espace Jeunes du Moulin. C’était cela ou tout le monde continuait à dormir dehors dans le froid et la neige.

La jauge fixée à 100 personnes est déjà à 180, nous avons pu donner à manger non seulement à ceux qui dorment à l’abri mais aussi à ceux qui sont dehors.
Nous espérons très fort que le dispositif ne va pas saturer complètement…

Communiqué de presse Salam, 10 décembre 2017.

10 décembre 2017 -

l’Association SALAM souhaite faire part de son étonnement, en fait de sa vive indignation.

En effet, le froid s’installe légitimement en cette période hivernale.

Ce week-end, le gel a précédé la neige avant qu’une tempête d’un rare intensité s’abatte sur le Calaisis.

Un vent si violent qu’un ferry a été violemment poussé sur un banc de sable alors qu’il était dans le port relativement abrité.

Ces conditions climatiques aussi exceptionnelles qu’insupportables pour les sans abri et les migrants ne semblent pas suffisantes pour les autorités qui n’ont pas activé le plan grand froid.

l’Association SALAM appelle donc les autorités à faire preuve d’humanité !

La baïonnette intelligente...

10 décembre 2017 -

On se demande souvent dans quelle mesure les forces de l’ordre (gendarmes, CRS...) ont le droit, la possibilité, de refuser d’obéir à un ordre manifestement contraire à la loi...

Un article du "Nouvel Obs" pose clairement les bases du problème.

https://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-nos-vies-connectees/20090925.RUE2676/refuser-un-ordre-illegal-devoir-un-peu-oublie-des-policiers.html

Touche pas à mon sac !

6 décembre 2017 -

Enfin les choses se réalisent.
Nous avons réuni un millier de duvets pour les deux sites.

Lundi 27 novembre, l’équipe de Salam Grande-Synthe a marqué 68 duvets des noms et adresses de ceux qui prennent le risque de l’amende de 68 euros.

Le lendemain, les associations calaisiennes ont marqué au pochoir les autres duvets destinés à l’opération.

La distribution devant la presse a eu lieu mercredi 6 décembre après-midi dans le calme.

Un contrat a été proposé à chaque exilé qui recevait un duvet et une bâche : contrat à signer, sous une tonnelle, entre le prêteur (individu ou associations) et celui qui reçoit.

Rappel du principe :
Un citoyen responsable solidaire soutient un réfugié : il lui prête son sac de couchage (ou son duvet) ; on écrit dessus au feutre indélébile son nom et son adresse.
L’idée était d’impliquer d’autres citoyens que les bénévoles des associations dans le soutien aux réfugiés, de le faire savoir, et de porter plainte en cas de confiscation par la police pour destruction.
Mais, devant le risque de se voir mettre un PV de 68 euros pour avoir laissé traîner des « ordures » (un duvet trempé par exemple, avec mon nom et mon adresse dessus), les deux tiers des engagés se sont retirés et l’idée est née de mettre les logos de plusieurs associations à la place du nom des gens.

(L’opération avait été lancée le 29 août, depuis le mouvement citoyen lancé par le « Collectif Wallon » de nos amis Belges.)

Le premier article, tant attendu, est paru le soir-même, dans la version en ligne du journal "Le Monde" :

http://www.lemonde.fr/immigration-et-diversite/article/2017/12/06/au-petit-matin-a-calais-les-biens-des-migrants-detruits_5225547_1654200.html?xtor=RSS-3208

Ne manquez pas le lien au milieu vers l’article : "Gérard Collomb met la pression aux préfets sur l’immigration irrégulière."

MSF et les mineurs non accompagnés. Extrait de la Newsletter de novembre de MSF.

4 décembre 2017 -

Sur le territoire français, l’aide sociale à l’enfance a l’obligation de protéger les mineurs non accompagnés au titre de l’enfance en danger. Mais aujourd’hui, les jeunes migrants se déclarant mineurs non-accompagnés ne sont pas pris en charge partout, comme ils devraient l’être, et on constate de grosses différences selon le département où se trouve le mineur. À Paris, le dispositif est saturé et défaillant, et certains mineurs se retrouvent à la rue.
C’est la raison pour laquelle MSF ouvrira le 5 décembre à Pantin un centre d’accueil et d’orientation médical et administratif destiné à leur venir en aide.
Ce centre de jour accueillera des jeunes déboutés de leur demande de reconnaissance de minorité, des jeunes en transit mais aussi des jeunes primo arrivant. Tous sont référés vers la structure grâce aux maraudes de nos associations partenaires. Le centre leur proposera un accompagnement juridique, médical, psychologique ainsi que des activités sociales.
Tout ce travail est soutenu par les associations ADJIE, Safe Passage, COMED, La Chorba, les avocats du barreau de Paris et de Seine Saint-Denis.



Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image