• Liste de diffusion

Trompeuse trêve de Noël pour les expulsions d'étrangers

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Trompeuse trêve de Noël pour les expulsions d’étrangers

27 décembre 2011 - Libélyon - Catherine Coroller

IMMMIGRATION - Claude Guéant avait promis 30000 expulsions pour 2011. Cet objectif sera-t-il atteint ? Eléments de réponse à quelques jours de la fin de l’année.

Au centre de rétention administrative (CRA) de Lyon-Saint-Exupéry où sont enfermés les étrangers menacés d’expulsion, "l’ambiance est plutôt calme", note Jean-François Ploquin, Directeur général de l’association Forum réfugiés (1). En fin de semaine dernière, 45 personnes y étaient retenues, pour un total de 120 places.

Le CRA de Nice aussi est à "moitié plein". "Il y a pas mal de gens en attente de réadmission vers l’Italie, explique la permanente de Forum Réfugiés. C’est toujours les mêmes Tunisiens de Lampedusa (île italienne par laquelle ces réfugiés arrivent en Europe, ndlr). Ils sont interpellés, renvoyés en Italie et reviennent en France le lendemain".

Cette situation signifie-t-elle que le chiffre des expulsions pour 2011 est déjà réalisé, et que la police et l’administration ont levé le pied sur les interpellations et les placements en rétention d’étrangers en situation irrégulière ?

"La pression se fait plutôt en novembre et début décembre, après il y a les congés", analyse la permanente de Forum réfugiés au centre de rétention de Marseille.

"La police n’a pas eu besoin de faire du zèle la dernière semaine", confirme sa collègue du CRA de Nice. Pour elle, par ailleurs, "les objectifs sont largement atteints à Nice".

En 2011, quelque 1200 personnes ont été enfermées dans ce centre, "là on va arriver à 1800 avant la fin de l’année".

Pour atteindre des scores d’expulsion chaque année plus élevés, le ministère de l’Intérieur se livre à une véritable chasse aux étrangers, multipliant les interpellations, et les placements en garde à vue et en rétention.

En 2010, plus de 60 000 personnes sont passées par un centre de rétention en métropole ou en Outre-mer, dans un contexte de surenchère répressive, dénoncent les cinq associations présentes dans les CRA, dans leur rapport annuel 2011.

Entre 2005 et 2011, le nombre de places dans ces centres a augmenté de plus de 80%.

Autre constat : le nombre des familles et des enfants placées en rétention est en constante augmentation : en 2010, 178 familles ont été enfermées avec 356 enfants, dont 57 nourrissons, contre 318 en 2009.

Les associations présentes dans les CRA dénoncent également "des conditions de rétention qui s’apparentent à celles de la détention et la difficulté à faire valoir en toutes circonstances les droits fondamentaux des personnes engendrent tensions constantes et violences".

A l’arrivée, 45,5% des étrangers placés en CRA sont effectivement expulsés. Sur les 55,5 % libérés, 29 % le sont parce que les juridictions administratives ou judiciaires estiment que les décisions de l’administration ou le travail de la police sont contraires au droit. 24% essentiellement parce qu’elles n’ont pas été identifiées et reconnues par leur consulat.

Fin octobre, Claude Guéant avait annoncé que le chiffre de 30 000 expulsions pour 2011 serait dépassé. Ajoutant : "Si nous l’atteignons, ce sera le meilleur résultat que nous aurons historiquement enregistré".

Hier, la préfecture du Rhône indiquait ne pas disposer encore de bilan pour ce département. Le ministre communiquera lui-même sur cette question, lors d’une conférence de presse sur la sécurité, courant janvier.

(1) L’association Forum réfugiés est présente dans les centres de rétention de Lyon, Marseille et Nice

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image