• Liste de diffusion

Sept artistes iraniens arrêtés pour « espionnage »

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Sept artistes iraniens arrêtés pour « espionnage »

20 septembre 2011 - Ecran Noir - Mpm

L’étau se resserre sur le monde du cinéma iranien. Alors que Jafar Panahi est assigné à résidence depuis des mois, attendant la décision de la cour d’appel sur sa condamnation à six ans de prison, et qu’il ne se passe pas un mois sans que l’on apprenne une nouvelle arrestation ou brimade à l’encontre d’un cinéaste (Mojtaba Mirtahmasb, Mahnaz Mohammadi...), ce sont sept nouveaux artistes iraniens qui viennent de faire l’objet d’une énième offensive de la police secrète du régime iranien.

Mojtaba Mirtahmasb (réalisateur), Nasser Saffarian (réalisateur), Hadi Afarideh (réalisateur), Mohsen Shahnazdar (journaliste et documentariste), Shahnam Bazdar (réalisateur), Mehrdad Zahedian (réalisateur) et Katayoune Shahabi (productrice de cinéma) ont été arrêtés chez eux ou dans leurs bureaux durant le week-end dernier et transférés à la section 209 de la tristement célèbre prison Evin à Téhéran.

Selon le communiqué publié par la Cinémathèque française, qui suit de très près le sort des réalisteurs iraniens persécutés par le régime, les médias gouvernementaux iraniens tentent d’accréditer une version selon laquelle les cinéastes indépendants arrêtés seraient des espions au service de la BBC. Les agences de presse liées au gouvernement iranien auraient quant à elles publié une information selon laquelle les correspondants de la BBC à Téhéran auraient été arrêtés.

Lundi 19 septembre, un autre cinéaste iranien sous le coup d’une condamnation à six années de prison, Mohammad Rasoulof, était présent lors de l’avant-première de Ceci n’est pas un film de Jafar Panahi et Mojtaba Mirtahmasb (en salles le 28 septembre). Le réalisateur, qui a paradoxalement pu bénéficier d’une autorisation de quitter l’Iran pour accompagner son film Au revoir (en salles actuellement), n’a pas prononcé le moindre mot, pour des raisons de prudence que l’on comprend aisément, mais a reçu en retour une longue standing ovation de la part du public de la cinémathèque.

Le fils de Mojtaba Mirtahmasb a également déclenché une forte émotion en rappelant une des phrases favorites de son père : "Dans une situation obscure, je ne dégaine pas une épée, j’allume une lumière", avant de conclure : "Avec un tel père, je ne me perdrai jamais." C’est probablement ce qui inquiète tant Téhéran : qu’avec de tels hommes, le peuple iranien ne se perde jamais dans l’obscurantisme et la peur qu’on cherche à leur imposer.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image