• Liste de diffusion

Rigoberte M'Bah, la footballeuse d'Hénin, à nouveau déboutée de sa demande de régularisation

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Rigoberte M’Bah, la footballeuse d’Hénin, à nouveau déboutée de sa demande de régularisation

19 janvier 2012 - La Voix du Nord - H. N.

Nouveau déboire administratif pour la footballeuse d’origine camerounaise du Football club féminin d’Hénin-Beaumont. La préfecture du Pas-de-Calais a, une fois encore, refusé de lui accorder un titre de séjour. « Là, on atteint les sommets de l’acharnement, tonne Armand Nwatsock, porte-parole du collectif de soutien à la joueuse sans papiers. ...

Pourquoi cela ? Rigoberte est-elle une criminelle ? Depuis vingt ans que je m’occupe des sans-papiers, je ne me serais jamais imaginé une telle décision qui repose en plus sur un fondement sexiste. Je ne connais pas un joueur sans papiers évoluant en Ligue 1. » Il est vrai que, a priori, les espoirs semblaient permis. En disgrâce avec les anciens dirigeants du club de foot, Rigoberte M’Bah avait, contre toute attente, rempilé pour une saison supplémentaire, à l’automne. Et signé un contrat fédéral en bonne et due forme qui démarrait le 1e r janvier. Avant Noël, la préfecture du Pas-de-Calais avait même décidé de prolonger son récépissé d’un mois et l’autorisait à travailler. Or, pour la préfecture, la situation de la joueuse « n’a pas changé sur le fond ». Autrement dit : elle ne rentrerait pas dans les critères d’une régularisation à titre exceptionnel comme elle le sollicite. Argument pourtant balayé par le tribunal administratif en octobre... À présent, d’après cette nouvelle décision préfectorale, la joueuse a un mois pour quitter le territoire français « selon ses propres moyens ». Cependant des recours existent encore. Me Lequien, l’avocate de la footballeuse, a fait savoir qu’elle saisirait le tribunal administratif dans les plus brefs délais, et juge que « le refus a été motivé de façon aberrante. Il est temps que la préfecture du Pas-de-Calais soit dessaisie car ils ont les yeux braqués sur ce premier revers ».

« Coup pour coup »

Cette fois, le ton risque de monter d’un cran. « Jusqu’ici on a été plutôt cool, confie Armand Nwatsock.

Maintenant, on ne prendra plus de gants. Ce sera coup pour coup. » Interrogé hier, Jacques Samé, porte-parole du comité de soutien à Rigoberte M’Bah, déplore la décision préfectorale mais ne se montre pas plus surpris que cela. « J’ai toujours eu le sentiment que si le dossier était examiné avant l’élection présidentielle, alors Rigoberte n’obtiendrait pas son titre de séjour. Il n’y a qu’à voir comme Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur, marche sur les plates-bandes du Front national pour s’en convaincre. »

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image