• Liste de diffusion

Propos de Sarkozy sur l'immigration : "C'est le 'bruit et l'odeur' de Chirac"

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Propos de Sarkozy sur l’immigration : "C’est le ’bruit et l’odeur’ de Chirac"

7 mars 2012 - Nouvel Obs - Céline Rastello

On a entendu sur France 2 "un discours d’extrême-droite qu’on tente d’habiller de façon humaine", estime le Gisti. Interview.

Trois membres du Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés), Stéphane Maugendre (président), Jean-Philippe Foegel (membre du groupe de travail sur les étudiants étrangers) et Antoine Math commentent pour "Le Nouvel Observateur" les propos sur l’immigration tenus mardi soir sur le plateau de l’émission "Des paroles et des actes", sur "France 2", par Nicolas Sarkozy.

"Nous avons trop d’étrangers sur notre territoire et nous n’arrivons plus à leur trouver un logement, un emploi, une école"

- Stéphane Maugendre : "Ce n’est pas conforme à la réalité et correspond au ’bruit et l’odeur’ de Chirac. C’est une manière déguisée et polie d’annoncer la préférence nationale et de tenir un discours d’extrême-droite qu’on tente d’habiller de façon humaine."

"S’agissant du regroupement familial et du visa quand on se marie avec un français ou une française (...) Désormais (...) nous mettrons des conditions de revenus"

- Stéphane Maugendre : "Faux, car les conditions de revenus existent depuis longtemps pour le regroupement familial. Les conditions de revenus et de logements ont certes été considérablement durcies, mais avec des effets pervers autant économiques qu’humains : de plus en plus de conjoints et d’enfants viennent clandestinement. Les chiffres officiels baissent, mais la réalité est différente. Créer des conditions de revenus pour les conjoints de Français amorce par ailleurs une véritable rupture égalitaire entre Français."

"Sur le quinquennat, je considère que pour relancer dans de bonnes conditions l’intégration, il faut diviser par deux le nombre de gens que nous accueillons..."

- Jean-Philippe Foegle : "On saisit assez mal le lien entre une réduction purement mécanique de l’immigration et l’intégration. La conséquence directe d’une réduction du nombre d’immigrés légaux est la multiplication du nombre de personnes toujours sur le territoire national, mais en situation irrégulière. On multiple le nombre de personnes qui seront marginalisées, exclues du monde du travail et des chaînes de solidarité. On ne peut pas d’un côté favoriser l’intégration des étrangers, et d’un autre maintenir un nombre de plus en plus important de personnes socialement marginalisées. A moins de considérer que les personnes sans titre de séjour ne font pas partie de l’humanité."

..."c’est-à-dire passer de 180.000 aux alentours de 100.000"

- Jean-Philippe Foegle : "On ne sait pas d’où sort ce chiffre de 180.000. Vouloir réduire de moitié l’immigration légale paraît difficilement réalisable, voire fantaisiste, car on voit mal à partir de quelle catégorie le gouvernement peut encore réduire le nombre d’immigrés légaux. Il a déjà essayé de réduire fortement l’immigration familiale, qui représente environ 80% de l’immigration totale, mais il a du mal car elle est protégée par des textes internationaux. Si le gouvernement veut continuer à réduire l’immigration, il risque donc de s’attaquer aux catégories moins protégées, comme l’immigration choisie des étudiants et des travailleurs dont les règles de séjour sont plus précaires. Cette politique est incohérente. En 2006, Nicolas Sarkozy s’est fait élire avec l’immigration choisie. Aujourd’hui, il semble que ces mêmes personnes soient devenues ses premières cibles."

"165.000 étrangers bénéficient du RSA, 20.000 du minimum vieillesse. Nous allons mettre pour les deux des conditions de présence sur le territoire et d’activité, de travail : 10 ans de présence sur le territoire et 5 ans d’activité"

- Antoine Math : "Les conditions d’obtention de ces prestations ont été fortement durcies depuis quelques années. Mais elles sont contestables et contestées d’un point de vue légal, car en violation avec des textes internationaux. Pour le minimum vieillesse, depuis 2006, la condition d’antériorité de résidence est de 5 ans, ce qui est considéré comme discriminatoire par la Halde et le défenseur des droits, entre autres. Depuis la loi de financement de la sécurité sociale de décembre 2011, on est passés à 10 ans de résidence, avec les conditions suivantes : être en situation régulière et avoir le droit au travail.

Pour le RSA, l’antériorité a d’abord été de 3 ans, durcie à 5 ans en 2004, puis, quand le RMI est devenu RSA en 2009, cette condition a été étendue au conjoint, concubin ou partenaire. En proposant 10 ans pour les deux et 5 ans de travail, le président va encore plus loin. On est dans la surenchère, pour s’aligner encore plus sur l’exclusion de l’étranger, la xénophobie d’Etat et le Front National. Or, depuis quelques années, on constate déjà les effets du durcissement, avec de plus en plus d’étrangers en situation régulière exclus des prestations."

"S’agissant de la Couverture médicale universelle (CMU) et de l’aide médicale d’Etat (AME) accordée aux sans-papiers, la tradition de la France c’est de soigner quelle que soit la nationalité. Je ne souhaite pas qu’on remette en cause cette générosité française."

- Antoine Math : "Il sait surtout très bien que c’est difficilement réalisable au regard des normes internationales. En 2005, la France a été condamnée par le comité des droits sociaux de la charte sociale du conseil de l’Europe pour avoir durci l’accès à l’AME concernant les enfants."

"Est-il normal que quelqu’un qui vient à partir de 60 ans en France ait un minimum vieillesse plus grand que la veuve d’un agriculteur qui a cotisé toute sa vie et qui a une petite retraite ? Ce n’est pas normal"

- Antoine Math : "Mensonge absolu. Le minimum vieillesse est un revenu différencié calculé à partir des ressources. Son montant, aux alentours de 700 euros, est le même pour tous. Si, par exemple, cette veuve touche une petite retraite de 300 euros, elle recevra 400 euros au titre du minimum vieillesse. Personne ne pourra avoir plus ! Ce n’est pas en supprimant à plus d’étrangers le droit au minimum vieillesse qu’on améliore la situation des autres. Par ailleurs, si le président estime que le minimum vieillesse n’est pas suffisant, c’est peut-être à lui de l’augmenter."

"Je veux une immigration pour que les étrangers viennent en France parce qu’ils aiment la France, qu’ils veulent construire une vie en France, et pas parce qu’en France il y a un système de protection sociale plus favorable que chez nos voisins"

- Antoine Math : "C’est un peu faux. Le RSA et le minimum vieillesse français sont parmi les dispositifs les moins généreux des pays en développement comparables de l’Union européenne. Les études menées auprès des migrants montrent qu’ils n’évoquent quasiment jamais les systèmes de prestations sociales des pays car ils les ignorent. Mais il est plus facile de stigmatiser les étrangers que de s’attaquer aux vraies problématiques."

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image