• Liste de diffusion

Plus de 350 migrants sont déjà de retour à Calais

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Plus de 350 migrants sont déjà de retour à Calais

4 juillet 2014 - Nord Littoral - François Devin

Il fallait s’y attendre. Le scénario était écrit d’avance. Quelques heures après l’évacuation du lieu de distribution des repas et de squats en centre- ville, mercredi, plusieurs centaines de migrants ont retrouvé la cité des Six-Bourgeois.

C’est un retour à la case départ. Pire même, selon Christian Salomé, le président de l’Auberge des migrants. Hommes et femmes sont de retour à Calais, mais n’ont plus de lieu où dormir. Ils ont retrouvé toutefois les bénévoles et la distribution de leur repas du soir. Celle-ci ne se fait plus rue de Moscou, mais sur le quai de la Batellerie, comme il y a cinq ans.

Et pour cause, la cour de la rue de Moscou, évacuée mercredi matin par les forces de l’ordre, est fermée pour subir quelques travaux. Selon nos informations, ce lieu sera de nouveau ouvert dans quelques jours. Impossible de donner une date exacte toutefois. Hier soir, ce sont plus de 350 migrants qui ont pris leur repas. « Nous sommes contents de les revoir, explique Christian Salomé. Certains nous racontent qu’ils ont été relâchés mercredi matin près de Boulogne, sans le moindre papier ! Leur but, c’est l’Angleterre. Et cela passe par Calais. Les autorités peuvent faire ce qu’elles veulent, ils reviendront à chaque fois. » D’autres migrants, une centaine environ, sont revenus à Calais mercredi soir, par la voie des rails.

Partis de Lille et débarqués sur le quai de la gare centrale de Calais, ils ont erré jusqu’à la zone des Dunes, où ils ont essayé de dormir. D’autres ont réussi à échapper aux forces de l’ordre, mercredi, et racontent désormais leur histoire. « Je cours vite, plaisante un Érythréen. Dans mon pays, j’ai échappé à l’armée. Je ne voulais pas me faire enrôler de force. Alors j’ai fui. » Christian Salomé confirme : « On voit de plus en plus de ces jeunes hommes que les parents envoient en Europe pour échapper à la guerre. » Ils ont à peine 16 ans et rêvent d’une chose : de Grande-Bretagne.

Source de l’article

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image