• Liste de diffusion

Moins d'étrangers placés en rétention dans la région

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Moins d’étrangers placés en rétention dans la région

7 octobre 2010 - La Voix du Nord - Laurent Decotte

Moins de migrants présents, moins de migrants interpellés. Telle est l’équation avancée par les autorités. En effet, d’après le rapport 2009 de la CIMADE présenté hier, une très forte baisse du nombre de personnes retenues dans les centres de rétention de la région, à Coquelles et Lesquin, a été enregistrée l’an dernier. Et cette tendance semble se confirmer en 2010, surtout dans le Pas-de-Calais. ...

On est passé de 3 060 personnes retenues à Lesquin en 2008 à 1 941 en 2009. Entre le 1er janvier et le 30 septembre de cette année, 1 359 étrangers y ont été placés. À ce rythme, on atteindra 1 812 rétentions en 2010, ce qui est stable par rapport à l’an dernier.

À Coquelles, cette baisse entre 2008 et 2009 est moins forte (de 2 490 à 1 800), mais elle se poursuit voire s’accélère depuis le début de l’année.

Au 30 septembre, 988 personnes « seulement » étaient passées par Coquelles depuis le 1er janvier. Sur ce prorata, on ne dépassera pas 1 317 personnes retenues en 2010. Soit une chute par rapport à l’an dernier.

À la préfecture du Pas-de-Calais, on se félicite : « Cela correspond à la baisse globale du nombre de migrants dans le Calaisis. » Les conséquences de la fermeture de la « jungle » et de la pression policière contre les migrants. On sait que les Afghans auraient plutôt tendance à passer autrement en Angleterre que par Calais. Mais contrairement aux idées reçues, ils ne sont pas la nationalité la plus présente dans les centres de rétention de la région. Ni eux, ni les Algériens ou les Marocains.

Les Indiens, les plus nombreux en 2009

Jusqu’à l’an dernier, c’était les Indiens les plus nombreux à Coquelles et Lesquin. En 2008, ils représentaient respectivement 30 et 40 % des personnes retenues. En 2009, un peu moins. Mais depuis le début de l’année, leur part est devenue minime. Explication des autorités : les Belges ont démantelé les filières. En effet, les Indiens qui rêvaient d’Angleterre voire des États-Unis passaient par Bruxelles, puis transitaient par la France, notamment par Dunkerque.

Il est à noter que les centres de rétention de la région sont quasiment les seuls, en France, à enregistrer une telle baisse de leur « fréquentation ». Et pourtant, la police ne ménage pas ses efforts pour mettre la main sur des étrangers en situation irrégulière, relevait Jean-Marie Rausenberger, président régional de la CIMADE. Qui dénonçait hier matin en substance « la pression des chiffres » et les pressions policières sur les étrangers qui, déplore-t-il, en découlent.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image