• Liste de diffusion

Migrants à Calais : Yann Capet se dit « optimiste » après sa rencontre avec le ministre Cazeneuve

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Migrants à Calais : Yann Capet se dit « optimiste » après sa rencontre avec le ministre Cazeneuve

2 septembre 2014 - La Voix du Nord - Marie Goudeseune

Le député PS et conseiller municipal d’opposition Yann Capet a été reçu ce mardi matin au ministère de l’Intérieur par le ministre Bernard Cazeneuve, afin d’évoquer la pression migratoire à Calais. Il ressort de cet entretien « optimiste » et persuadé qu’un « consensus » est possible. La maire UMP de Calais Natacha Bouchart rencontrera à son tour le ministre à 17 h ce mardi.

Yann Capet est rentré de Paris avec le sourire. « On va vers le consensus », a-t-il annoncé ce mardi après-midi à la presse, après avoir passé « 1 h 10 d’entretien » avec le ministre de l’Intérieur. Selon lui, Bernard Cazeneuve a la volonté « de ne pas s’inscrire dans la politique politicienne » et de « se saisir pleinement du sujet ».

Le ministre a annoncé au député PS qu’il allait contacter dès aujourd’hui Jean-Marc Puissesseau, président de la CCI Côte d’Opale (concessionnaire du port de Calais) et Daniel Percheron, président du conseil régional (propriétaire du port de Calais) pour leur proposer une entrevue. Ces dernières semaines, la situation au port de Calais s’est en effet tendue, les migrants tentant de jour comme de nuit de monter dans des poids lourds rejoignant l’Angleterre. « Bernard Cazeneuve a pleinement conscience des effets économiques néfastes de la pression migratoire sur le port de Calais », indique Yann Capet.

Faire participer les Britanniques

La question de l’ouverture d’un accueil de jour à Calais pour les migrants a été abordée durant l’entretien. « Pour Bernard Cazeneuve, il n’est pas pertinent de faire un Sangatte bis, a expliqué Yann Capet, faisant référence à la proposition de Natacha Bouchart de créer un centre de 400 places géré par l’État. Il veut en revanche pouvoir avancer rapidement sur la question d’un accueil de jour et m’a garanti que l’État était prêt à se mobiliser. » Plusieurs questions restent à étudier, selon le député : « Comment organiser l’accès à cet accueil ? Comment éviter qu’il soit utilisé par les No Borders, la mafia et les passeurs ? Par qui doit être géré cet accueil ? Comment assurer l’hébergement des personnes en situation de danger (femmes, mineurs notamment) ? » Le centre de loisirs Jules-Ferry (proposé initialement par Natacha Bouchart) est un des lieux envisagés pour créer cet accueil de jour. « Il a l’avantage d’être immédiatement prêt, mais l’inconvénient d’être trop proche du port de Calais », a expliqué Yann Capet.

D’après le député, les Britanniques pourraient être incités à participer « y compris financièrement » à la mise en place de cet accueil de jour et des éventuelles structures d’accueil qui le compléteraient : « Bernard Cazeneuve a beaucoup insisté sur le fait que les Anglais doivent être solidaires très concrètement, et pas seulement dans le discours, sur ce sujet : pas question qu’ils disent On s’en lave les mains. » Il est également question, selon le député PS, « que le gouvernement britannique envoie des personnes à Calais qui soient en capacité d’expliquer la vérité aux réfugiés » et que, côté français, la présence et les moyens de l’État dans la ville de Calais soient renforcés « avec des officiers supplémentaires à l’OFPRA et à l’OFII (Office français de l’immigration et de l’intégration) et plus de soutien financier de la part de l’État aux associations ».

Enfin, le député PS affirme que Bernard Cazeneuve a l’intention de venir à Calais, mais pas dans l’immédiat : « Il viendra à Calais quand ce dispositif sera lancé et se mettra en place ».

Source de l’article

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image