• Liste de diffusion

Libye : Benghazi accueille ses combattants dans la liesse

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Libye : Benghazi accueille ses combattants dans la liesse

22 octobre 2011 - Le Parisien - AFP

La ville de Benghazi, longtemps "capitale de la révolution" dans l’Est libyen, a salué samedi avec des tirs de joie et des cris "Allah Akbar" le retour de ses combattants victorieux à Syrte où le dirigeant déchu Mouammar Kadhafi a été capturé jeudi puis tué.
Hommes, femmes et enfants ont envahi les rues de la ville, qui a été l’une des premières à se soulever à la mi-février contre le régime de Mouammar Kadhafi, et où les nouvelles autorités ont prévu de proclamer dimanche après-midi la "libération totale" du pays.
"Nous sommes fiers de vous. Vous avez tué le frisé (Kadhafi). Il a eu ce qu’il méritait", a crié Heba al-Nehoum, une étudiante de 19 ans en grimpant sur un pick-up chargé de combattants en treillis verts.
Mouammar Kadhafi a été capturé vivant jeudi alors qu’il fuyait la ville Syrte qui tombait, puis a été tué dans des circonstances encore floues, mais qui ne semblaient pas perturber les habitants de Benghazi.
"Je ne peux pas exprimer ce que je ressens pour ces hommes. Qu’ils soient de Benghazi ou de Misrata (grande ville rebelle de l’ouest), nous les aimons tous", a déclaré Moustapha Youssef en agitant le drapeau vert, noir et rouge adopté par les nouvelles autorités libyennes.
Les combattants arrivant au premier poste de contrôle à l’entrée de Benghazi ont été arrosés de bonbons, d’eau de rose et de baisers. Très émus, ils ont tiré en l’air avec leurs armes lourdes et légères pour participer aux célébrations.
"C’est incroyable, je n’arrive pas à dire ce que je ressens", a déclaré Ahmed al-Drissi, un combattant arborant de lourds bandages aux jambes après avoir été blessé par un obus de mortier il y a deux semaines. Des dizaines de combattants pro-CNT ont été tués et des centaines d’autres blessés à Syrte, essentiellement lors des deux dernières semaines de combats.
Samedi soir, les rues de Benghazi étaient toujours pleines de voitures klaxonnant pendant que des jeunes, garçons et filles, dansaient sur les toits.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image