• Liste de diffusion

La Belle Etoile n'accueillera pas les migrants au BCMO cet hiver

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

La Belle Etoile n’accueillera pas les migrants au BCMO cet hiver

20 novembre 2010 - Nord Littoral

« Les bénévoles des associations n’ont pas à se substituer aux pouvoirs publics pour assurer la mise à l’abri des migrants », argue la Belle Étoile.

Depuis 1944, l’association vient en aide aux migrants. Elle refusera cependant cet hiver d’assurer la surveillance des sans-abris au BCMO, le gymnase sis place de Norvège. « Cette année encore, l’hiver sera rude et le plan grand froid sera probablement activé, comme tous les ans », présage l’association.

En cas de températures négatives, le BCMO sera alors ouvert chaque nuit aux sans-abris - pas seulement aux migrants. Depuis trois ans, la municipalité signe une charte avec l’association Salam afin qu’une surveillance soit assurée chaque nuit. Il y a deux ans des heurts avaient éclaté entre les bénévoles de diverses associations.

L’hiver dernier, une rotation avait été établie entre les bénévoles. La durée de l’épisode hiémal, une hygiène problématique et la difficulté à se procurer cartons et couvertures propres en suffisance avaient fortement éprouvé l’endurance des bénévoles de toutes les associations.

« Nous demandons l’ingénierie de la mairie, pas ses subventions »

Cet hiver, la Belle Étoile prend ses responsabilités. « Nous avons la décence de ne pas demander 5 000 euros de subventions à la mairie, escompte Monique Delannoy, présidente de l’association. Par contre nous demandons l’ingénierie à la municipalité. Nous estimons qu’elle peut assumer le gardiennage et le nettoyage du BCMO. » Une décision que Natacha Bouchart, maire de Calais, refuse de commenter : « L’explication qu’elle donne est d’ordre national ; c’est à l’État d’assumer cette prise en charge. Je n’ai pas à juger. Je trouve ça curieux venant d’une association qui vient en aide aux migrants. » Et son directeur de cabinet, Claude Demassieux d’ajouter : « D’autant qu’elle avait demandé l’an passé à participer à ces surveillances. » Le collectif C’Sur n’a, quant à lui, pas fait connaître officiellement sa position.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image