• Liste de diffusion

L'État participe financièrement à l'accueil des migrants au BCMO

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

L’État participe financièrement à l’accueil des migrants au BCMO

3 décembre 2010 - La Voix du Nord - Ariane Delepierre

Hier matin, le préfet du Pas-de-Calais Pierre Bousquet a annoncé que l’État, ...

sur les fonds de la direction départementale pour la cohésion sociale, versera d’ici le 10 décembre la somme de 100 000 E à la Ville de Calais. Cette somme non négligeable servira à l’achat de matériel de couchage (matelas, duvets), au nettoyage du site, à l’installation et l’entretien de sanitaires qui font tant défaut au Bureau central de la main d’oeuvre (BCMO), place de Norvège.

Première

Dans le cadre du plan grand froid, le local ouvre ses portes aux migrants de 19 h à 10 h depuis la fin de la semaine dernière. « L’objectif n’est pas de concentrer les migrants à Calais, d’autant que la pression migratoire, depuis la fermeture de la jungle, a été divisée par quatre , a fait remarquer le préfet du Département. Mais nous avons le souci de traiter avec humanité ces populations qui souffrent du froid. » Cette subvention de l’État est une première.

Actuellement, deux cents migrants errent dans le Calaisis, selon les services de la préfecture. Pour Jean-Claude Lenoir de Salam, association en charge de l’accueil de nuit au BCMO, cette enveloppe budgétaire « montre que notre action est nécessaire et que l’État prend enfin en compte les migrants ». Le bénévole milite pour « des mini-antennes d’hébergement dans toute la France, où les gens pourraient réfléchir à un projet de vie. » La somme est accueillie comme un soulagement par la mairie « qui depuis trois hivers successifs prend sur son propre budget, l’accueil des réfugiés au BCMO », a confié Natacha Bouchart, qui a rappelé que le local était aussi accessible aux sans-abri.

Cent nuits d’ouverture

Par le biais de cette convention signée entre la ville de Calais et l’État, un dispositif d’accompagnement des bénévoles pour la surveillance du site pourrait être mis en place pendant la nuit afin de les soulager, comme cela avait été demandé l’hiver dernier. « Il ne s’agit pas de mettre des agents de sécurité et des chiens à l’entrée du site mais du personnel en plus pour aider les associations », a rassuré le préfet.

La somme allouée permettra au BCMO d’ouvrir pendant cent nuits. L’an dernier, le local, qui avait ouvert ses portes plus tardivement, avait accueilli des migrants soixante-deux nuits durant.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image