• Liste de diffusion

Immigration : Londres baisse la garde.

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Immigration : Londres baisse la garde.

9 novembre 2011 - Le Figaro.

Pour le deuxième jour consécutif, la ministre de l’Intérieur britannique Theresa May s’est retrouvée mardi sur la sellette à la Chambre des communes. La révélation d’un scandale sur un relâchement des contrôles d’immigration a déjà provoqué la suspension du patron de la police des frontières et de deux autres responsables la semaine dernière. Embarrassant pour David Cameron, qui fait de la maîtrise de l’immigration l’une de ses priorités.

Lundi, Theresa May a admis sa responsabilité, reconnaissant avoir personnellement autorisé une procédure allégée d’entrée sur le territoire. Mardi, elle a cependant affirmé qu’elle ne démissionnerait pas

« Combien de terroristes, de criminels et de sans-papiers se sont introduits en Grande-Bretagne ? », s’interrogeait mardi le tabloïd The Sun. L’ensemble de la presse, y compris conservatrice, s’indignait de la réponse de la ministre : « Nous ne saurons jamais combien de personnes sont entrées dans le pays qui auraient dû en être empêchées par le système d’alerte. »

Trois enquêtes en cours
Une directive du ministère de l’Intérieur du 28 juillet, intitulée « Expérience de procédure aux frontières basée sur le risque », recommandait aux officiers d’immigration de ne pas vérifier l’identité de ressortissants européens présentant un passeport biométrique muni d’un visa. Les agents ont été ainsi dispensés de comparer les empreintes digitales avec une base de données sur des suspects de terrorisme et des clandestins. Objectif : accélérer le passage aux frontières encombrées durant l’été, notamment à l’aéroport d’Heathrow et à Calais. La ministre assume avoir pris cette décision sans en référer au premier ministre, ni au Parlement. Elle affirme cependant que ses consignes ont été dans un deuxième temps outrepassées par l’Agence des frontières, qui a étendu ces mesures à des immigrants extérieurs à l’Union européenne. Elle a lancé trois enquêtes pour faire la lumière sur l’affaire.

Selon l’opposition et les syndicats, cette polémique montre les effets pervers de la politique d’austérité du gouvernement. La procédure simplifiée de contrôle aux frontières permettait d’accélérer le travail des agents, soumis à une vaste réduction d’effectifs.

25% des postes supprimés
Quelque 3800 postes ont été supprimés à l’Agence des frontières depuis avril 2010 et 3 000 autres devraient l’être d’ici à 2015, soit une réduction de 25% du personnel. Dans un autre fiasco, l’agence avait admis la semaine dernière avoir perdu la trace de plus de 120.000 demandeurs d’asile depuis six mois. Ce scandale fait mauvais effet pour le Royaume-Uni qui se prépare à affronter une menace terroriste accrue lorsque Londres accueillera les Jeux olympiques l’été prochain.

La polémique donne également du grain à moudre aux tenants d’un renforcement de la lutte contre l’immigration. Une pétition sur Internet a réuni plus de 100.000 signatures pour qu’un débat soit organisé sur le sujet au Parlement.

source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image