• Liste de diffusion

Fausse alerte : il n'y a jamais eu de corps sous le pont Jacquard

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Fausse alerte : il n’y a jamais eu de corps sous le pont Jacquard

7 octobre 2011 - La Voix du Nord - Hélène Graffeuille

L’alerte lancée par deux hommes, qui avait engendré la recherche d’un corps mobilisant, entre autres, cinq plongeurs des pompiers et de la gendarmerie ...

pendant plusieurs heures mardi et mercredi sous le pont Jacquard, était une fausse alerte.

Ne trouvant pas de corps, les services de police ont jugé utile hier de réécouter les deux témoins, un Audomarois, âgé de 42 ans et un Blendecquois, âgé de 25 ans, qui avaient donné l’alerte dans la nuit de mardi à mercredi. Après s’être contredits devant les policiers à plusieurs reprises, les deux hommes ont avoué avoir monté l’histoire de toutes pièces.

L’Audomarois et le Blendecquois ont reconnu s’être rendus à Calais pour une histoire de moeurs. En discussion avec un migrant, l’affaire aurait mal tourné, ce dernier aurait poussé le Blendecquois à l’eau. Pour ne pas perdre la face, les deux hommes ont décidé d’inventer une histoire.

Ils avaient en effet alerté les secours, mardi vers 23 h, en affirmant avoir été témoins d’une altercation entre migrants. Ils avaient relaté aux forces de police que l’un des migrants avait été jeté à l’eau par deux autres. Le Blendecquois avait d’ailleurs raconté avoir plongé pour tenter de lui porter secours, en vain. Une quinzaine de policiers et autant de pompiers s’étaient rendus sur place. Deux plongeurs de la caserne du Tunnel sous la Manche ont inspecté le fond du canal une bonne partie de la nuit. Les recherches s’étaient interrompues vers 2 h du matin pour reprendre mercredi dans la matinée avant d’être définitivement abandonné en fin d’après-midi. Deux migrants avaient également été mis en garde à vue dans la nuit avant d’être remis en liberté mercredi.

Une fausse alerte qui a eu pour conséquence un déploiement important de secouristes.

Les deux hommes sont poursuivis pour dénonciation de délit imaginaire.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image