• Liste de diffusion

Évacuation express de sans-papiers retranchés au siège de l'UMP du Nord, hier à Lille

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Évacuation express de sans-papiers retranchés au siège de l’UMP du Nord, hier à Lille

29 mars 2012 - La Voix du Nord - S. B.

À la fenêtre du 2e étage, un jeune type goguenard déploie un drapeau de l’UMP. En bas, les militants de la cause des sans-papiers répliquent par des « Nous vaincrons la xénophobie de Sarkozy » redoublés. Il est 14 h 30, hier. Le siège de l’UMP du Nord, rue de Solferino, est occupé par une quarantaine de personnes. Après les locaux de la Direction départementale du travail et d’Emmaüs, le Comité des sans-papiers 59 (CSP 59) poursuit ses actions. ...

Sauf qu’hier, tout est allé très vite. Une heure après le début de l’action, le directeur départemental de la sécurité publique est sur place. « Vous avez une demi-heure, sinon c’est évacuation et contrôles d’identité », prévient Didier Perroudon. Le mois dernier, les manifestants étaient restés retranchés toute une journée avant d’être délogés. « C’est différent : nous sommes dans le cadre d’un flagrant délit constaté par les policiers », précise-t-on à la préfecture.

La rue Solferino est barrée à la circulation. Plusieurs dizaines de sympathisants sont massés devant le QG du parti présidentiel. Autour d’eux papillonnent des militants UMP au front soucieux.

Sans ménagement

Au 2e étage, le petit gars sort son iPad pour filmer les CRS prenant position dans la rue. En face, les militants des sans-papiers, bras dessus bras dessous, font corps. Un mégaphone lance les sommations d’usage. Et les policiers chargent.

Le choc est brutal. Des cris, du gaz lacrymo, une femme à terre, des caméras, des coups de botte dans un vélo. Les manifestants sont repoussés sans ménagement jusqu’à la place Philippe-Lebon, où restaurateurs et badauds écarquillent les yeux. Derrière, l’évacuation de l’UMP a débuté. Elle durera à peine vingt minutes. Sept sans-papiers sont interpellés (dont six pour séjour irrégulier) et emmenés à l’hôtel de police. Un cordon de CRS y sera déployé pour contenir les dizaines de manifestants accourus en soutien. L’UMP a porté plainte.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image