• Liste de diffusion

Deux migrants blessés par des tirs de carabine à Calais : un Calaisien interpellé

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Deux migrants blessés par des tirs de carabine à Calais : un Calaisien interpellé

13 juin 2014 - La Voix du Nord - Marie Goudeseune

Deux migrants ont été visés par des tirs de carabine dans la nuit de jeudi à vendredi. L’un d’eux, blessé dans le dos, était toujours hospitalisé ce vendredi soir. L’auteur présumé des faits a été interpellé peu de temps après : il s’agit d’un Calaisien de 25 ans qui travaille comme agent de sécurité. Sa garde à vue a été prolongée ce vendredi soir.

Les faits remontent à la nuit la nuit de jeudi à vendredi, vers 1 h. Deux migrants de nationalités soudanaise et érythréenne sont visés par des tirs de carabine alors qu’ils marchent près du port de Calais. Le premier est touché dans le dos, le second à l’avant-bras. Les deux hommes se réfugient alors dans le campement de l’aire de distribution des repas, rue de Moscou. Un Syrien qui a assisté à la scène prévient la police. Tandis que les pompiers de Calais emmènent le Soudanais à l’hôpital (l’autre blessé n’a pas pu être examiné, selon le parquet de Boulogne-sur-Mer), la police patrouille dans la zone et interpelle rapidement un Calaisien de 25 ans qui se trouve non loin de là, quai de la Loire. L’homme est placé en garde à vue.

L’arme est retrouvée à proximité : il s’agit d’une carabine à air comprimé munie d’une lunette. Deux boîtes de plomb sont également saisies.

Le parquet de Boulogne-sur-Mer a décidé ce vendredi soir de prolonger la garde à vue du suspect. D’après la procureure-adjointe Nathalie Bany, les faits se sont produits alors qu’il se trouvait sur son lieu de travail, mais la carabine n’était en aucun cas son arme de service. Ce Calaisien est connu des services de police pour divers faits « de petite et moyenne délinquance », a indiqué le commissariat. Son audition était toujours en cours ce vendredi soir mais il était trop tôt, selon le parquet, pour se prononcer sur les circonstances de ce drame : tentative d’homicide ? Règlement de comptes ? Légitime défense ? Le commissariat n’excluait pas hier qu’il puisse également s’agir d’un acte « idéologique ». Les déclarations de l’auteur présumé étaient « à géométrie variable », selon un policier. À l’issue de sa garde à vue, le Calaisien sera probablement déféré en vue d’une éventuelle mise en examen.

Le migrant blessé au dos a quant à lui été opéré ce vendredi à l’hôpital de Calais. Ses jours ne sont pas en danger. Quant à son camarade, il était introuvable. Au campement de la rue de Moscou, tout le monde était au courant hier de ce qui s’était passé durant la nuit, mais ces faits semblaient noyés au milieu de mille autres préoccupations.

La grève de la faim continue au campement

La situation n’a pas évolué pour les migrants installés sur le lieu de distribution des repas.

La grève de la faim se poursuit. La trentaine de migrants qui a entamé sa grève de la faim mercredi poursuit le mouvement. Ces hommes sont installés au milieu de la cour, protégés par des bâches. D’après l’un de leurs représentants, certains sont faibles et ne sont pas en bonne santé. Pour d’autres migrants rencontrés ce vendredi, cette action n’est de toute façon pas une bonne idée. « Elle va leur détériorer la santé, et surtout elle ne servira à rien », jugeait l’un d’eux, hier.

Discussions avec les associations. Des associations sont venues jeudi sur l’aire de distribution des repas pour discuter avec les migrants. Elles devaient revenir ce vendredi soir pour reprendre le dialogue. Le but : déterminer quelle attitude elles adopteront lors de leur réunion prévue avec la préfecture mercredi prochain. « Si le préfet décide une nouvelle évacuation, ce sera mal vécu et ça va générer de très grosses tensions », pronostiquait un militant No Border ce vendredi. Les concertations devaient aussi permettre de prévoir de nouvelles actions pour le 20 juin prochain, date de la journée mondiale des réfugiés. Près de 300 migrants occupent l’aire de distribution depuis le démantèlement de deux camps le 28 mai.

Source de l’article

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image