• Liste de diffusion

Danielle Mitterrand, la mère des Kurdes

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Danielle Mitterrand, la mère des Kurdes

22 novembre 2011 - Le Monde - Blog de Guillaume Perrier

Lundi dernier, je monte dans un taxi à Diyarbakir, la grande ville kurde de l’est de la Turquie. Le chauffeur est un vieux hadji aux manières polies, les cheveux blancs, le costume élimé. Il a largement passé l’âge de la retraite. Une fois connue ma destination et ma nationalité, française, il se tourne vers moi, le regard humide. "La France... Madame Mitterrand ! Je n’oublierai jamais. C’est notre mère" dit ce vieil homme.

Les anciens, dans tout le Kurdistan se souviennent toujours avec émotion de l’ex première dame française et de son action humanitaire en faveur des Kurdes a la fin des années 80. En 1986, elle s’engage en faveur de la libération de Mehdi Zana, le maire de Diyarbakir, condamné à 14 ans de prison par la justice militaire turque pour un discours en langue kurde. Sa femme, Leyla Zana, sera elle-même emprisonnée quelques années plus tard pour des motifs similaires.

Ensuite c’est le régime baasiste de Saddam Hussein qui s’acharne contre la population kurde d’Irak, dans le Nord. Les massacres de Halabja, en 1988, furent le point culminant de cette répression, chassant des centaines de milliers de Kurdes sur les routes. Avec Bernard Kouchner, Danielle Mitterrand réclame alors l’application du droit d’ingérence. Avec France Libertés, elle n’a jamais cessé de témoigner de son engagement pour la cause kurde. Pour ses 25 ans, en mai dernier, la Fondation avait publié une rétrospective de ses actions au Kurdistan.

En 1997, c’est dans son bureau à Paris, que les deux chefs tribaux kurdes, Massoud Barzani et Jalal Talabani se réconcilient, après 5 ans de guerre fratricide.

En 2009, elle s’était rendue pour la dernière fois à Erbil, capitale du Kurdistan irakien, pour y ouvrir une nouvelle école française qui porte désormais son nom.

"La mère des Kurdes" telle qu’on la surnommait souvent s’est éteinte mardi matin a Paris, a l’âge de 87 ans. Nul doute qu’à Erbil, ou à Diyarbakir, les Kurdes lui rendront un vibrant hommage.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image