• Liste de diffusion

Camp de migrants à Loon-Plage : la citerne de la discorde

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Camp de migrants à Loon-Plage : la citerne de la discorde

13 août 2010 - La Voix du Nord - Estelle Jolivet

Autour de cette citerne gonflable de 5 000 litres installée, le 21 juillet, à proximité du campement de migrants de Loon-Plage et démontée le 30, deux logiques sont entrées en conflit : celle des humanitaires de Médecins du Monde, qui se battent pour améliorer les conditions d’hygiène sur place, et celle du Grand port maritime, qui refuse « d’encourager » la présence des migrants sur ses terrains. Explications.

Légère, pliable, facile à installer. cette citerne à eau potable est conçue pour les situations d’urgence rencontrées par Médecins du Monde.
D’Haïti à Loon-Plage. Le 21 juillet, une « poche » d’une contenance de 5 000 litres est installée à proximité du campement où vivent quelques dizaines de migrants, Irakiens et Afghans, avec vue sur le port Ouest. Branchée sur une borne incendie via un « compteur de chantier » de la Lyonnaise des Eaux, elle est destinée à offrir aux clandestins un point d’eau permanent.

« On prenait un risque »

« On n’avait pas l’autorisation du port, on savait qu’on prenait un risque », reconnaît Vincent Hirel, logisticien de Médecins du Monde. Effectivement, dès le lendemain, le GPMD demande à l’organisation de retirer la citerne. Ce sont finalement les services techniques portuaires qui s’en chargent, le 30 juillet. Pour Vincent Hirel, c’est un retour à la case départ.
Ce « professionnel » de l’humanitaire est arrivé à Dunkerque mi-mai, pour une mission clairement définie : l’amélioration des conditions d’hygiène sur les camps de Loon-Plage, Téteghem et Grande-Synthe. C’est la première fois que MDM juge nécessaire l’envoi d’une mission « opérationnelle » sur le littoral de la mer du Nord, en plus de l’action des médecins bénévoles qui, une fois par semaine, offrent une consultation mobile sur chaque site. Bon nombre de patients viennent soigner des dermatoses, qui pourraient être évitées en appliquant des règles basiques d’hygiène.
L’installation de points d’eau potable reste le principal cheval de bataille de Vincent Hirel. À Grande-Synthe, la municipalité a donné son accord. Idem à Téteghem, sauf que le terrain appartient à la communauté urbaine, dont le feu vert, toujours attendu, est indispensable. En attendant, les migrants s’approvisionnent à une bouche d’incendie située en bordure de la route de Furnes, « une pratique globalement tolérée mais dangereuse à cause des voitures », constate Vincent Hirel. À Loon-Plage, l’épisode de la citerne illustre la difficulté de trouver un terrain d’entente avec le Port.
« Nous sommes partagés entre l’aspect humanitaire et nos obligations, en tant qu’établissement public de l’État à vocation industrielle et commerciale », concède Daniel Deschodt, directeur commercial du Port. « Nous devons avant tout assurer la sûreté de nos clients et la sécurité des personnels, transporteurs et travailleurs portuaires. » Gênée aux entournures, l’autorité portuaire pointe la proximité immédiate du terminal ferry de la Norfolkline. « Notre client investit dans des opérations de sûreté portuaire pour se prémunir contre les clandestins, et nous ne pouvons pas être un vecteur facilitateur qui irait à l’encontre des obligations légales de notre client », poursuit encore Daniel Deschodt. Qui rappelle que le port a, sur son territoire, un rôle de régulation portuaire, mais pas de police. Et qu’il agit au besoin en concertation avec la sous-préfecture et les municipalités.
Mais pour une citerne d’eau potable, n’aurait-on pas pu fermer les yeux, à défaut d’autoriser ? « Ça ne serait pas raisonnable. Aujourd’hui une citerne, demain des tentes, après-demain des cabanons ? On peut vite être débordé par le problème. À l’époque de Sangatte, il y avait une structure d’accueil connue. Là, ce n’est pas le cas. Les conditions de vie des clandestins sont précaires. L’action des associations l’est également. »

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image