• Liste de diffusion

Calais : l'État annonce la création de trois emplois pour Salam et l'Auberge des migrants

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Calais : l’État annonce la création de trois emplois pour Salam et l’Auberge des migrants

2 juillet 2013 - La Voix du Nord - Marie Goudeseune

Le sous-préfet Alain Gérard a annoncé lundi la création de trois emplois à temps plein qui viendront soutenir les associations Salam et L’Auberge des migrants.

Il s’agit de deux emplois d’avenir - financés à 75 % par l’État et à 25 % par la Région et les associations elles-mêmes - et d’un emploi adulte relais pris en charge totalement par l’État. C’est une première, s’est réjouie lundi la maire de Calais Natacha Bouchart, tandis que se tenait à l’hôtel de ville le conseil des migrants : « C’est le premier contrat dont bénéficie à Calais une association d’aide aux migrants », a-t-elle souligné.

Il y a quelques années, Salam avait pu avoir recours à un contrat aidé pendant six mois, mais le contexte n’était pas du tout le même, selon son vice-président Jean-Claude Lenoir : « Cette fois-ci, on sent que l’État a changé de discours, qu’il nous appuie, qu’il nous donne un vrai coup de pouce », a-t-il déclaré. Salam s’était engagée dans ce projet depuis plus d’un an déjà : il devrait se concrétiser d’ici quelques jours, voire quelques semaines. L’Auberge des migrants a émis une demande plus récemment : « L’emploi d’avenir viendra soulager nos bénévoles, tous âgés d’une bonne cinquantaine d’années, dans les tâches physiques notamment », a indiqué Christian Salomé.

Candidatures

Les deux bénévoles savent que ces trois postes sont difficiles pour ceux qui les pourvoiront : « C’est très spécial de s’occuper d’une population aussi sensible », prévient le responsable de l’Auberge des migrants. « Il faudra mettre les bonnes personnes aux bonnes places : des gens courageux, charismatiques, dévoués, calmes, conciliateurs et qui ont aussi de l’autorité. Bref, un mouton à cinq pattes ! », estime Jean-Claude Lenoir. Le militant est certain que ces emplois aideront l’association « à mieux se structurer ». Salam a déjà ciblé des personnes qui pourraient convenir à ces postes, mais ne se ferme « à aucune candidature ». Idem pour l’Auberge des migrants. Les deux associations se relaieront tout l’été pour assurer les distributions de repas du soir.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image