• Liste de diffusion

Calais : Manuel Valls répond au rapport Baudis sur les migrants et estime que les faits dénoncés sont anciens et invérifiables

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Calais : Manuel Valls répond au rapport Baudis sur les migrants et estime que les faits dénoncés sont anciens et invérifiables

5 avril 2013 - La Voix du Nord - Marie Goudeseune

Dans un courrier daté du 6 mars dernier, le ministre de l’intérieur répond au rapport accablant qu’avait rédigé le défenseur des droits, Dominique Baudis, sur les relations entre police et migrants à Calais. Il estime que les faits dénoncés dans ce rapport sont anciens et invérifiables.

« Les faits annoncés dans votre décision reposent essentiellement sur des déclarations de responsables d’associations rapportant des propos non vérifiables et concernant des faits anciens qu’aucun élément objectif ne peut soutenir aujourd’hui. Seule une minorité des organisations associées à la saisine sont d’ailleurs effectivement présentes et actives auprès des migrants dans le Calaisis », est-il écrit dans ce rapport signé par le directeur du cabinet de Manuel Valls, Thierry Lataste. Pour rappel, le rapport Baudis dénonçait, entre autres, des faits de harcèlement de la part de policiers (PAF et CRS notamment) sur les populations de migrants (contrôles d’identité répétés, destructions d’effets personnels, etc.). Manuel Valls disposait d’un déali de trois mois pour y répondre. Il avait demandé d’ailleurs un délai supplémentaire au défenseur des droits, et sa réponse n’a été communiquée officiellement que ce jeudi.

La lettre du ministère de l’intérieur annonce toutefois quelques décisions.

Actuellement, les migrants interpellés sont conduits, s’il y a lieu, dans les locaux de l’hôtel de police de Coquelles, « qui dispose des équipements nécessaires aux vérifications (fichier automatisé des empreintes digitales, borne EURODAC pour les demandeurs d’asile et application VISABIO pour les visas) ». Le courrier stipule que « l’implantation de tels équipements au commissariat de Calais permettrait d’éviter le déplacement des migrants à Coquelles » et que « sa faisabilité est à l’étude ».

Par ailleurs, « un nouveau code de déontologie viendra prochainement moderniser et compléter les règles déontologiques qui s’appliquent déjà aux policiers ». En particulier, le principe de l’identification des policiers en intervention, que Dominique Baudis préconisait dans son rapport, « figurera dans ce nouveau code », lequel devrait être effectif « au cours des prochains mois ».

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image