• Liste de diffusion

CARTES DE RÉSIDENCE PAR MARIAGE, DEMANDEURS D'ASILE Sarkozy veut serrer les vis

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

CARTES DE RÉSIDENCE PAR MARIAGE, DEMANDEURS D’ASILE Sarkozy veut serrer les vis

14 février 2012 - L’expression - Mohammed Touati

L’acquisition d’un titre de séjour « par mariage avec un Français » sera conditionnée à la justification d’un logement et de ressources suffisantes et stables « au moins égales au Smic ».

Le chef de l’Etat francais projette de restreindre les droits des étrangers. Il avance trois propositions. La première consiste en l’unification des juridictions administrative et judiciaire. Une mesure qui aura pour but d’augmenter les expulsions d’étrangers en situation irrégulière mais qui doit nécessiter un amendement de la Constitution. Sarkozy n’exclut pas de recourir à un référendum pour rendre opérationnelle une telle mesure. La seconde, qui garantit l’aquisition d’un titre de séjour « par mariage avec un Français » sera conditionnée à la justification d’un logement et de ressources suffisantes et stables « au moins égales au Smic ». Une condition extrêmement difficile à remplir lorsque l’on connaît les problèmes de chômage et de l’emploi même lorsque l’on est en situation régulière. Cette proposition affecterait principalement les étrangers d’origine maghrébine (Tunisiens, Marocains et Algériens). La dernière mesure proposée touche les demandeurs d’asile. Que dit-elle ? Les prestations qui leur sont accordées seront limitées « s’ils ne coopèrent pas avec l’administration, déposent leur demande plus de trois mois après leur entrée sur le territoire français ou bien refusent une offre d’hébergement » écrit le quotidien Le Monde sur son site qui a repris un entretien accordé par le chef de l’Etat français, le 11 février, au Figaro Magazine. Il faut préciser qu’un montant de 300 euros mensuels, dont ils peuvent être privés, est versé aux demandeurs d’asile pendant la durée (18 mois en moyenne) du traitement de leur requête. Une mesure qui expose l’administration française à des dépassements et par conséquent, à la pointer du doigt en matière de respect des droits de l’homme.
Pour rappel, le 2 février la Cour européenne des droits de l’homme (Cedh) avait épinglé la France pour un cas de traitement « prioritaire » des demandes d’asile, une procédure dénoncée par plusieurs ONG et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (Unhcr). « La juridiction du Conseil de l’Europe a condamné la France pour violation du droit à une procédure équitable dans un dossier concernant un Soudanais de 36 ans qui n’avait disposé que de cinq jours pour formuler sa demande d’asile en France, au lieu de 20 selon la procédure normale », avait rapporté une dépêche de l’APS. C’est donc reparti pour un tour. Alors que l’on avait crû qu’il y aurait un petit moment de répit pour les immigrés après le dérapage du ministre Français de l’intérieur, Claude Guéant, sur les civilisations, Nicolas Sarkozy revient à la charge. Le président de la République française ne veut pas lâcher le morceau, alors qu’il n’a pas encore déclaré sa candidature pour se succéder, tout indique qu’il axera sa campagne sur les thèmes de l’immigration et de l’insécurité.
Des sujets qu’il affectionne particulièrement, dans lesquels il se sent comme un poisson dans l’eau. Le locataire de l’Elysée a endossé son habit de premier policier de France, qui lui sied à merveille. Un uniforme qui lui a servi à se construire une stature d’homme d’Etat qui l’a propulsé au rang de premier magistrat de France en 2007. Marine Le Pen n’a qu’à bien se tenir. Le « président candidat » non encore officiellement déclaré compte bien lui syphonner un maximum de voix. Et tant pis si ce sont encore des candidats à l’immigration régulière qui en feront les frais. L’UMP, pour la majorité au gouvernement, et le Front national pour l’extrême droite ne se feront pas de cadeau et n’en feront pas non plus aux étrangers, hors Union européenne, qui souhaitent s’installer en France. Ils se disputeront âprement un réservoir de voix sensible aux discours populistes et xénophobes et feront monter les « enchères » autant qu’ils le pourront, pour le capter. Tout indique que la course à l’Elysée se fera, essentiellement, sur le dos des immigrés, maghrébins et africains noirs.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image