• Liste de diffusion

CALAIS : demande d'asile, retour au pays... L'OFII, un « guichet » pour les migrants

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

CALAIS : demande d’asile, retour au pays... L’OFII, un « guichet » pour les migrants

23 avril 2013 - La Voix du Nord - Dominique Salomez

Accompagner les migrants dans leur demande d’asile ou les aider au retour dans leur pays. Ce sont les deux missions de l’Office de l’immigration et l’intégration (OFII) qui a ouvert ses portes le 8 avril. L’antenne calaisienne a été inaugurée lundi par le préfet Denis Robin et le directeur général de l’OFII, Yannick Imbert. « C’est un lieu d’accueil serein pour obtenir une information complète et de qualité pour les migrants », soulignait ce dernier.

Sous l’œil des caméras, des objectifs photo, Satar, jeune Afghan de 21 ans, vient prendre des nouvelles de son dossier d’aide au retour auprès de Malaury Verfaillie, assistante sociale à l’OFII. OFII, un acronyme en quatre lettres pour : Office français de l’immigration et de l’intégration. Une nouvelle antenne de cet organisme d’État a été inaugurée ce lundi rue de Vic à Calais. Sur la photo, ce sont les visages d’Umar, Wariskhan, Satar qui illustreront, pour l’exemple, ce moment solennel dans la presse locale et les médias régionaux.

Comme eux, depuis le 8 avril, une quarantaine de personnes ont été accueillies par l’un des cinq agents qui travaillent ici. Ils les accompagnent dans leur démarche de demande de retour au pays ou de demande d’asile. Ce sont les deux missions de l’OFII. « Quand une personne se présente, je leur demande depuis quand elle est là, quel est son projet, explique Pascale Martincic, assistante sociale pour les demandes d’asile, on leur présente la demande classique, on leur remet toute la documentation. On les oriente après vers l’Association relais jeunes Artois (lire ci-dessous) ». Dans le bureau d’à côté, c’est à l’aide au retour qu’on accompagne. « On demande aux personnes un justificatif de plus de trois mois de présence. On ouvre un dossier, la personne devra récupérer un laisser-passer à l’ambassade de son pays d’origine. Quand elle a toutes les pièces, on vérifie que tout est correct et on fait la réservation du vol ». Le voyage est entièrement pris en charge par l’État qui abonde avec une aide de 500 €, contre 2 000 € l’année dernière. Une somme revue à la baisse pour être harmonisée avec les autres pays européens et pouvoir financer la réinsertion des migrants dans le pays d’origine, ce qui constitue un volet de travail de l’office.

À Calais, où transitent des centaines de personnes en séjour irrégulier, cette nouvelle implantation vient combler un vide. Elle était réclamée par le préfet. « Avant les permanences étaient noyées à la sous-préfecture », déplorait Denis Robin. « Aujourd’hui, les gens peuvent venir se poser ici et réfléchir à ce qu’ils veulent faire », soulignait Yannick Imbert qui connaît bien le dossier puisqu’il a été sous-préfet à Calais entre 1998 et 2000. « L’OFII est un lieu d’accueil serein où les migrants peuvent avoir une information complète et de qualité », poursuit-il en précisant que son action s’articulera avec celle des associations. « Nous allons gagner en clarté d’information, les associations poursuivront aussi leur suivi ».

L’OFII a investi 100 000 € dans la création de l’antenne. « C’est un effort conséquent, mais qui était nécessaire pour gérer efficacement l’immigration irrégulière ». En 2012, 131 familles ont été reçues et 36 demandes d’hébergement en CADA (Centre d’accueil de demandeurs d’asile) ont été formulées, renseigne la préfecture. L’année dernière, 47 personnes ont sollicité l’aide au retour. En 2013, 16 ont fait la même démarche.

OFII, 5 rue de Vic de 9 h à 12 h et de 14 h à 16 h 45.

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image