• Liste de diffusion

Prison ferme pour quatre « skinheads » agresseurs de migrants

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

Prison ferme pour quatre « skinheads » agresseurs de migrants

13 novembre 2010 - La Voix du Nord - Laurent Renault

C’était drôle. Voire rigolo,que de jeter des pierres, d’insulter, frapper des migrants de passage à Calais. Le tribunal n’a pas apprécié ces agissements et condamné quatre jeunes, âgés de 19à 21 ans, à des peinesde prison ferme.

« Vous, Rémi Longavesne, vous allez le premier m’expliquer vos propos tenus il y a six semaines dans le bureau du procureur. » La présidente Simart est déterminée. Elle veut savoir pourquoi, après être passé dans les mains des policiers, après les aveux des uns, des autres, les confrontations... ce jeune homme a déclaré : « Je ne regrette rien. La décision du tribunal ne changera rien. J’ai la haine des étrangers, la haine des non Français... » Il y a six semaines, le jeune homme a été interpellé comme huit autres personnes (dont cinq mineurs).

Ils avaient demandé du temps pour préparer leur défense, raison pour laquelle ils étaient à nouveau devant le tribunal hier. « Cette décision provisoire m’a fait réfléchir », assure Rémy Longavesne. Assis, le procureur de la République lève les yeux à cette déclaration. Il n’en croit pas un mot et attend son tour pour intervenir.

Devant le parc Saint-Pierre, avenue de Coubertin, entre août et septembre, les copains ont jeté des pierres, donné des coups, menacé à la barre de fer, au cutter, aspergé de bombe lacrymogène et insulté des Soudanais. Parce qu’il y avait un regard de travers, « parce qu’ils ne sont pas comme nous... parce qu’ils n’ont pas la même couleur de peau... parce que je faisais comme les autres... parce que c’était pour faire mon intéressant... » Voilà les explications formulées par les quatre majeurs de l’affaire.

Pendant ce temps, le procureur Joubert se lève, fait quelques pas, remet sa robe. Et patiente encore.

La présidente continue d’attaquer, demande des explications de texte : « Ça veut dire quoi, je suis nationaliste ? Le neonazi ? Hitler ? » Pour toute réponse, quelques « heu... », « ben... », ou tout simplement des blancs.

Le procureur prend la parole et plante le décor. Une heure qu’il attend ça : « J’espère que la défense ne fera pas passer ses clients pour de simples abrutis ! Il y a dans ce dossier des choses qui font peur... » Et d’évoquer ces « étrangers de Calais », ces personnes « qui quittent leur pays pour tenter de travailler, en Angleterre. Vous feriez bien de prendre exemple, vous, qui êtes des oisifs blancs ! » Pour Jean-Philippe Joubert, ces quatre-là, sans formation, sans travail, qui ne comprennent pas l’idéologie qu’ils défendent, sont dangereux. Les réquisitions seront suivies à la lettre par le tribunal : Christopher Foubet, 22 ans, de Blériot, a été condamné à vingt-quatre mois de prison dont un an ferme. Jugé en état de récidive (agression), deux mois sont venus s’ajouter à la décision. La même peine a été prononcée contre Rémi Longavesne, de Fiennes. Jason Rougemont, 20 ans, de Calais, a été condamné à vingt mois dont six ferme et Yann Harduin, 20 ans, des Attaques, à douze mois dont la moitié ferme. « Vous avez cinq ans pour ne pas recommencer. Sinon, le sursis se transformera en ferme. » Auront-ils retenu cette leçon ? •

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image