• Liste de diffusion

100 000 euros pour l'association des maires hospitaliers

Soutenons, aidons, luttons, agissons
pour les migrants et les pays en difficulté

On a lu, on a vu

100 000 euros pour l’association des maires hospitaliers

22 octobre 2012 - La Semaine dans le Boulonnais - J.P.

Catherine Bourgeois, conseillère régionale, a participé à la table ronde qui s’est déroulée jeudi 11 octobre en préfecture.

Elle fait le point sur ce qui en est ressorti.
La région Nord/Pas-de-Calais s’est montrée sensible aux problèmes d’intégration des migrants. « Nous souhaitons que la région continue à être une grande terre d’accueil, mais il faut réussir à intégrer, du moins ceux qui le souhaitent », précise Catherine Bourgeois.
Par la voix de sa conseillère régionale, le Nord/Pas-de-Calais a décidé de subventionner le réseau des maires hospitaliers présidé par le maire de Norrent-Fontes, Marc Boulnois. Un maire particulièrement sensible et concerné par ces problèmes. « Nous allons débloquer une certaine somme, qui servira de levier pour améliorer l’accueil des migrants. Cet argent, nous allons le mettre à la disposition de l’association des maires hospitaliers, et de tous les élus qui rejoindront le mouvement. Nous avons besoin d’un interlocuteur direct, à qui nous pouvons faire confiance et nous référer, qui puisse piloter des réunions en lien étroit avec la région et porter des projets. » Selon nos informations, cette somme pourrait atteindre 100 000 euros. Elle pourrait évoluer en fonction du nombre d’élus et des demandes. Accueil provisoire, repas et soins, l’argent permettra de soutenir l’aide aux migrants engagée par les maires hospitaliers.

Des petits points d’accueil...

Quid de Calais, qui ne fait pas partie de l’association ? « La ville de Calais est un peu à part, en raison de son passé avec les migrants. Mais la région n’est pas absente. On peut rappeler que nous apportons des subventions à des associations comme Salam ou La Belle Étoile, ou encore qu’un local, le local du BCMO, servant à accueillir les migrants lors du plan grand froid, a été cédé par la région à la ville ». Concernant l’hébergement et les abris évoqués lors de la réunion, Catherine Bourgeois avoue que « rien n’est encore vraiment défini. Mais il pourrait s’agir de petits points d’accueil de jour, où les migrants pourraient être davantage accompagnés en cas de demande d’asile ou en cas de démantèlement de squats, conformément à la circulaire du 26 août 2012... »

Source

Association Loi 1901, parution au J.O. du 31 mai 2003 | Mentions légales | Webdesign & réalisation : Le Sens de Votre Image